Requin

Requin

Des poissons plus grands que nature

De tout temps, de gigantesques poissons inspirant la crainte ont surgi des grands fonds marins. Ainsi, dans les eaux tropicales, la raie Manta a été accusée de faire sombrer les navires en effectuant de prodigieux sauts hors de l’eau. En Amérique du Nord, le requin a longtemps effrayé les marins. Sur les bancs de Terre-Neuve, les squales étaient maudit par les pêcheurs, car ils pouvaient perturber les opérations de pêche, soit en mangeant les morues, soit en détruisant les lignes.

Les eaux douces recèlent elles aussi des histoires effrayantes. Alimentant les mythes qui les entourent, des poissons démesurés sillonnent le fond des lacs et des rivières dans la plus grande discrétion. Mais alors que certains de ces colosses sont bien réels et font l’objet de nombreuses histoires de pêche, d’autres ont donné naissance à de fabuleux récits de monstres marins.

LES REQUINS

LES REQUINS

Un mythe qui a la vie dure

Oubliez Les dents de la mer, l’œuvre cinématographique terrifiante de Steven Spielberg! Peu d’espèces de requins s’attaquent délibérément à l’homme.

La plupart des attaques de requins sont accidentelles. Sous les tropiques, elles ont habituellement lieu dans les eaux chaudes et peu profondes, là où se concentrent leurs proies habituelles. Le plus souvent, les requins entrent en collision avec un baigneur ou un surfeur sans récidive. Plus rarement, des attaques avec morsures visent des plongeurs en eau plus profonde.

Sous l’eau, la silhouette d’un nageur ressemble étrangement à celle d’un phoque ou d’un gros poisson. Chaque année, cette méprise est à l’origine de plusieurs histoires d’horreur.

REQUIN MANGEUR D'HOMME

REQUIN MANGEUR D'HOMME

Sur la quarantaine d’espèces dénombrées dans les eaux canadiennes, seulement quatre sont considérées comme dangereuses : le grand requin blanc, le requin tigre commun, le requin-taupe bleu (mako) et le requin océanique (rameur). Bien que des attaques aient été répertoriées sur des bateaux dans les eaux de l’Atlantique canadien, aucune ne s’est avérée mortelle. Les requins canadiens vivent habituellement au large, mais certaines espèces, par exemple le requin blanc, peuvent s’approcher des côtes.

Les requins sont des prédateurs rapides à l’odorat extrêmement sensible. Dans les eaux tropicales, leurs attaques font partie des dangers potentiels pour les baigneurs ou les surfeurs. Néanmoins, partout dans le monde, il est plus risqué de périr d’une morsure de serpent ou foudroyé par un éclair que d’une attaque de requin.

REQUIN BLANC

REQUIN BLANC

Les dents de la mer

Difficile d’imaginer animal plus terrifiant! Le grand requin blanc est un tueur silencieux capable de flairer sa proie à des kilomètres de distance. Ce carnassier redoutable chasse surtout les mammifères marins et les autres poissons, mais son appétit vorace lui fait parfois heurter des animaux ou des objets inhabituels simplement pour vérifier s’ils sont comestibles...

Partout dans le monde, les populations de ce prédateur extraordinaire, vulnérable aux engins de pêche, sont en déclin. L’espèce a longtemps été recherchée par les pêcheurs sportifs en plus d’être vulnérable aux engins de pêche. Ses mâchoires, ses dents, sa chair et certains organes sont revendus sur le marché international.

REQUIN BLANC

L’un des plus gros requins blancs jamais capturés au Canada est une femelle de plus de 5 mètres harponnée près d’une plage de l’Île-du-Prince-Édouard en août 1988. Deux autres spécimens de grande taille ont été capturés dans la baie de Fundy au Nouveau-Brunswick.

UN MÉGALODON ET UN GRAND REQUIN BLANC

UN MÉGALODON ET UN GRAND REQUIN BLANC

Un MÉGArequin!

Un requin aussi gros qu’un autobus? Qui l’eût cru... C’était pourtant le cas du mégalodon, le plus gros poisson à avoir jamais existé sur la planète. Il y a de cela vingt millions d’années, ce requin titanesque peuplait les eaux de tous les continents. Chasseur hors pair, il se nourrissait même de baleines! On estime sa taille à 20 mètres et son poids, à 100 tonnes. Impressionnant! Son extinction remonte à environ deux millions d’années.

UN MÉGALODON ET UN GRAND REQUIN BLANC

Le mégalodon possédait plus de 200 dents pointues et acérées disposées en 5 rangées. Comme le requin a un squelette fait de cartilage, ces dents sont les seules parties du corps à avoir traversé les siècles. Elles ont donc permis de reconstituer le mégalodon.

REQUIN-BALEINE

REQUIN-BALEINE

DES PRÉDATEURS PAISIBLES

Le requin-baleine et le requin pèlerin sont les plus gros poissons vivants de la planète. Ils pourraient atteindre jusqu’à 20 mètres et 12 mètres de longueur respectivement.

Le requin-baleine nage lentement, la gueule ouverte, pour filtrer l’eau et capturer des petits crustacés, des oeufs et des larves de poissons. Voir approcher un tel mastodonte est fort impressionnant, surtout lorsqu’il se frotte à la coque d’un navire! Mais les navigateurs et les plongeurs ont vite compris que ce poisson éléphantesque était inoffensif.

REQUIN-BALEINE

En 1997, un requin-baleine d’environ 10 mètres a été observé dans la baie de Fundy.

LE RÉGALEC

LE RÉGALEC

LE RÉGALEC : UN POISSON-RUBAN

Le régalec est aussi appelé roi des harengs ou ruban de mer. Un long panache de filaments surmonte sa tête. Sa nageoire dorsale, d’un rouge profond, court sur toute la longueur de son corps comprimé et argenté.

On observe souvent le régalec sur les plages du Mexique, mais il est également présent dans les eaux canadiennes, où il se fait très discret.

ESTURGEON

ESTURGEON

Des chevaliers en armure

Cinq espèces d’esturgeons vivent dans les eaux canadiennes. Ces poissons très particuliers sont de véritables fossiles vivants qui ressemblent à des animaux de la préhistoire. Tout comme leurs vieux cousins qui peuplaient les cours d’eau il y a des millions d’années, ils n’ont pas d’écailles. Les plaques osseuses épaisses et brillantes qui recouvrent leur corps forment un véritable bouclier.

Les esturgeons sont de vrais cascadeurs. Ils sont capables d’exécuter des bonds prodigieux hors de l’eau; c’est pourquoi ils sont à l’origine de récits fabuleux de monstres lacustres.

L’espérance de vie des esturgeons dépasse parfois celle des humains. Ils peuvent vivre une centaine d’années! De plus, contrairement à nous, leur croissance ne cesse jamais.

PÊCHEUR SPORTIF ET SA PRISE

PÊCHEUR SPORTIF ET SA PRISE

Les esturgeons se distinguent des autres poissons par leur long museau, les boucliers osseux qui recouvrent leur corps et leur bouche sans dents. Nul doute que l’esturgeon noir de l’Atlantique est un géant : il peut en effet dépasser les 4 mètres et peser pour plus de 350 kilogrammes! Son habitat inclut les eaux des provinces maritimes et celles du Québec.

L’esturgeon blanc peut mesurer jusqu’à 6 mètres et peser plus de 600 kilogrammes. On le retrouve dans les bassins des fleuves Fraser et Columbia en Colombie-Britannique.

CRÂNE DE THON ROUGE DE L’ATLANTIQUE

CRÂNE DE THON ROUGE DE L’ATLANTIQUE

Des têtes de démons!

Imaginez l’effroi des deux pêcheurs de la baie de Saint-Georges, à Terre-Neuve, lorsqu’ils ont vu apparaître ces visages presque humains sortant des entrailles de la mer...

Une fois ces étranges trouvailles retirées des mailles de leurs filets, les pêcheurs ont fait venir la Gendarmerie royale du Canada, mais le mystère est demeuré entier. La nouvelle s’est rapidement répandue jusque dans les journaux montréalais, peut-être parce que la découverte avait été faite juste avant l’Halloween... Ce n’est que plus tard que ces objets indéfinissables ont pu être identifiés. Il s’agissait simplement de crânes de thon rouge de l’Atlantique!

RAIE ÉPINEUSE SÉCHÉE

RAIE ÉPINEUSE SÉCHÉE

Poisson ou dragon?

Ce diablotin n’est en fait que la carcasse d’une raie séchée et modifiée. Les « petits dragons miniatures », comme celui que vous contemplez présentement, étaient connus et vendus sous les noms de chimères, basilics ou Jenny Haniver. Ils figuraient parmi les cabinets de curiosités à la mode aux 16e et 17e siècles.